l'homme au ventre de plomb

L'homme au ventre de plomb - Jean-François Parot.

Quatrième de couverture:

Le commissaire Nicolas Le Floch est chargé par M. de Sartine et par la cour de démêler une affaire délicate et complexe : la mort mystérieuse du fils d'un courtisan proche du dauphin et du parti dévot. Pourquoi les parents défendent-ils la thèse du suicide alors que leur enfant n'avait jamais manifesté son désir d'en finir ? Pourquoi son frère a-t-il disparu ? Qui est véritablement son énigmatique fiancée ? Très rapidement Nicolas conduira ses investigations à Paris, puis à Versailles dans l'entourage de la famille royale et de la favorite Mme de Pompadour. Dans un royaume toujours en guerre et agité par des querelles reuligieuses, il peut se révéler très dangereux de s'intéresser de trop près à des imbroglios politiques protégés par des secrets de famille...

On retrouve Nicolas Le Floch moins d'un an après sa première enquête, L'énigme des Blancs-Manteaux. Nous sommes toujours dans le Paris de la fin de l'année 1761 et le jeune commissaire de police du Châtelet a pris quelques galons suite à ses réussites antérieures sous l'autorité de M. de Sartine, l'homme des enquêtes spéciales de Louis XV, avec l'aide de son adjoint l'inspecteur Bourdeau. Au départ de cette aventure, Le Floch est à l'Opéra, où l'on donne Les Paladins de Rameau, quand un couple de courtisans, le comte et la comtesse de Ruissec, apprennent le suicide de leur fils. Les premières constatations font plutôt pencher Nicolas Le Floch pour la thèse d'un assassinat déguisé. L'affaire va le mener tout droit à des complots qui pourraient menacer jusqu'à la vie du roi. --Amazon

Pour la seconde fois, Jean-François Parot explore son XVIIIe siècle parisien. La recette est fort comparable à la première enquête de Nicolas Le Floch, et tout aussi réussie. L'érudition historique de l'auteur est manifeste, il rend à merveille l'ambiance galante et extravagante de ce Paris qui se voudrait élégant mais où, en pleine guerre de Sept Ans et en pleine Affaire des jésuites, la politique est une affaire dangereuse. Très dangereuse. --Bruno Ménard

Mon avis:

J'ai retrouvé avec joie le style de Jean-François Parot qui nous plonge dans cette époque si propice aux beaux romans historiques.

Bien qu'ayant finalement trouvé l'intrigue un peu "tirée par les cheveux", je n'ai pas boudé mon plaisir et au-delà de l'enquête policière, j'ai dégusté ce petit bijou élégant et raffiné qui mène les personnages de Paris à Versailles avec toujours autant de bonheur.